Priorité aux études …

 

Priorité aux études !

 

 

C'est une  belle journée ensoleillée qui commence. Les oiseaux sont déjà debout et moi aussi car le jour "j" est enfin arrivé. Ça fait maintenant neuf mois et neuf jours qu'on s'est quitté, j'ai même appris à vivre sans toi.  aujourd’hui, tu as décidé de mettre fin à cette séparation et de remettre les aiguilles de l'horloge du passé en marche. J'ai mis ma plus belle robe, une robe bleue…ma couleur préférée et  je me suis faite belle pas pour toi cette fois-ci mais pour te prouver que de mon coté tout va pour le mieux.

Une fois sur les lieux, je t'aperçois, assis sur  ce banc en bois,  vêtu de blanc à m'attendre comme au bon vieux temps. C'est étrange qu'après une si  longue absence, l’image  que je garde  de toi soit toujours si intacte : ton beau sourire, les mêmes éclats de rire …etc.  Je ne sais vraiment plus qui de nous deux a le plus changé …  toi ou bien tout simplement moi ? Je tourne les pages de ce livre humide, des pages salées aux gouts de larme. Un livre perdu dans les étagères du passé, le livre de notre histoire.

Et j'essaie au fur et à mesure que je m'approche de toi de prendre le temps, de traduire tout ce que tu m’as, autrefois, dit et de lire entre les lignes des paroles gravées en moi. Je cherche encore  avec une bougie de cire entre les mains dans le tiroir noir de ma mémoire étage par étage et je te cherche des excuses mais je n'en trouve pas.

Toutefois, je n'ai plus rien de cette fille fragile qui, autrefois, avait le cœur qui battait pour toi au rythme de l'horloge .on dit que le hasard fait bien les choses  mais le hasard !! …Moi  ?! je n'y crois pas mais le Destin  lui oui. Il  nous a toujours jouer des tours , des mauvais surtout et nous met  à chaque fois l'un face à l'autre  pour nous mettre à l'épreuve ,c'est toi qui disait si bien  qu'on soit comme les aiguilles d'une horloge, on se sépare une heure et on se retrouve constamment à la fin et nous revoilà face à face mais comment te dire que les temps ont changé et que cette horloge dont tu parles est figée, elle est même tombée  en panne !

Il reste   seulement neuf pas …neuf petits pas  qui m'éloignent de toi, tu me regarde toujours avec ce regard doux avec t'es yeux marrons qui brillent  de mille feux au soleil , des yeux qui éclairait autrefois mes nuits sombres, mais comment te dire que je ne t'aime plus et que cette fois c'est décidé, je ne vais plus faire marche arrière  et que l'homme que j'ai devant moi n'est plus rien qu'un fantôme qui honte mes pensées…il est temps que tu retournes au passé..

Puisque l'homme que j'ai aimé je l'ai enterré avec mes propre mains dans le cimetière  de mon cœur, tu n'es plus qu'une simple présence sans importance.. N’attends pas grand-chose de ma part neuf mois mon cher !! C'est le temps qu'il faut pour qu'une maman donne la vie à un adorable bébé et moi c'est le temps qui m’a fallu pour te chasser de mes pensées, et dire  que je t'ai porté 3ans dans mon cœur et que 3ans  c'est l'âge d'une petite fille   que je vais devoir élevé toute seule c'est-à-dire que je  vais continuer ma route toujours dans le droit chemin mais sans toi cette fois-ci.

Car après tout, tu m’as volé la seule chose que je possède dans  cette vie : mon sourire et ma joie de vivre .tu  disais que j'étais la fleur  qui sens le bonheur mais je viens de me rendre compte que le bonheur n'a ni odeur ni de couleur et qu'à force de la sentir, ta fleur a perdu toutes  ses pétales.   Tu me demandes PARDON !! Mais pourquoi maintenant ?  Pourquoi pas un jour  avant ou un jour après ? Tu disais que tout le monde commet des erreurs mais sache qu’abuser du PARDON c'est aussi une erreur, tu crois que c'est juste une virgule dans une phrase, juste un au revoir mais tu te trompes car c'est un point à la ligne, un adieu à tout jamais .J'ais besoin de passer à autre chose.

J’ai changé de ville, de fréquentation, de filière même mais  je n'ai jamais oublié que tu m’as, un jour, laissé pour une que j’ai cru être ma sœur ! j'ai perdu à la fois deux êtres chères, depuis j'ai toujours porté le noir comme un corbeau caché dans son douce plumage, enfermé dans ma  tristesse,  en forme de cage, je ne t'aime plus, mais ça ne veut pas dire pour autant que je te détestes, je te souhaites tout le bonheur du monde et qu'à chaque fois que tu te sentiras seul, mets-toi face à la mer comme je l’ai toujours fait et laisse les vagues emporter tes soucis.

Tu me regardes une dernière fois et on se dit au revoir,  au fond de moi, je sais que c'est un adieu, je n'ai jamais cru te voir un jour partir mais sache que même si je veux te retenir et pour te  dire que mon cœur risque de mourir de te voir partir mais je préfère vivre dans l'espoir de te retrouver un jour plutôt qu’avec la peur de te perdre à nouveau ...

 

Sabrina SERIDI

1ère année / G V / 2010-2011

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site